Ce soir là, nous recevions des amis pour un "moules-frites". C'est bientôt la Braderie de Lille et la tradition, ça se respecte.

Tranquillement, l'après-midi je prépare les légumes (céleris, carottes et poireaux) pour la cuisson des moules. En rêvassant, je regarde dans la véranda, je ne réalise pas de suite ce que je vois.

Non mais, quel toupet! Peur de rien! Déjà quelques jours auparavant, Charlotte et Olivier en ont aperçus devant la maison sous le houx. Mais là dans la maison, Il y a de l'excès ! Ca ne va pas se passer comme ça.

D'accord il est mignon, jugez plutôt.

le_l_rot

Un lérot s'invite à la maison.

Après une course poursuite, il se réfugie sous le barbecue, dans la réserve de bois.

Décision de mon mari, grand stratège en matière de chasse aux rats et souris:

On calfeutre la réserve, en ne laissant place qu'à la porte béante de la nasse (le piège à galipette! que je vous ai présenté il y a quelques temps) avec pour appât, un délicieux morceau de chocolat praliné!! Monsieur utilise les grands moyens! D'autant que le reste de la plaque disparaîtra je ne sais où! Ou plutôt si je ne le sais que trop bien!!

Une heure plus tard hilare, j'appelle le piégeur retors, car le lérot, tel le loup, est sorti du bois et essaie, le gourmand, de trouver la porte de ce garde manger improvisé, mais pas celle qu'on lui proposait et qu'il a dédaigné, non une autre qui ne se refermerait pas sur lui!! Il cherche et cherche encore, nullement gêné par notre présence.

Les invités, les vrais, ceux que nous attendons, ne vont plus tarder à arriver, l'installation inesthétique, inefficace et donc inutile est démontée et le piège toujours garni est abandonné près du barbecue.

Le récit de ces péripéties fait rire André, beaucoup moins Nicole qui n'apprécie pas la présence de rat, si mignon soit-il!  Sur l'assurance donnée que jamais il ne reviendra nous visiter au cours du repas, Nicole consent avec réticence, à ce que nous nous installions dans la véranda.

L'apéritif se déroule sans incident, mais Nicole lorgne toujours du côté du barbecue, rien ne se présente et finalement son attention se relâche. L'atmosphère est maintenant totalement détendue et nous devisons gaiement, comme à chacune de nos rencontres.

Soudain, Nicole pousse un cri et tend le doigt vers le piège.

Notre présence ne le gênant décidément pas, le visiteur est revenu, il est dans la nasse, se délecte de la barre de chocolat et.............................. la trappe est restée ouverte.

Oui, le piège ne s'est pas refermé sur le glouton.

Que faire? Si quelqu'un se lève, inexorablement le fripon se sauvera, et tout sera à refaire. Mon mari prétend qu'un choc à un certain endroit de la cage déclenchera la fermeture. N'ayant rien d'autre sous la main, il lance avec maestria le tire-bouchon.

Pinggggggg!              Clac! 

La porte est enfin fermée et pendant ce temps, imperturbable et sans complexe, notre invité-surprise termine son repas.

La cage fut aussitôt mis à l'extérieur, pour que Nicole puisse enfin déguster en toute tranquillité, son pot de moules.

Voici l'amateur de chocolat, sa dégustation terminée.

pris_au_pi_ge